Ciné-club : des jedis aux samouraïs (ou vice versa)

(actualisé le ) par Manfred Oukaled

Dans la mesure où nous avons pu constater au cours des dernières séances consacrées à Star Wars qu’une part de l’inspiration de Georges Lucas concernant le personnage de Dark Vador venait de la culture japonaise, plus précisément du monde des samouraïs : son costume, sa façon d’être, son allure, sa rectitude et son rapport à la hiérarchie (il méprise celle dite militaire et ne considère avoir de comptes à rendre qu’à son Empereur), la transition était toute trouvée concernant les séances du 2 et du 9 juin.

Celles-ci permettront en effet aux membres du ciné-club de découvrir cet univers en soi qu’est celui des Samouraïs. Le mot exact fut mentionné pour la première fois dans un texte du Xe siècle ; il vient du verbe 侍う,se prononce « saburau » et signifie « servir ».
Nous étudierons donc leur origine, leurs raisons d’être, leur avènement puis leur disparition, leurs rapports à la nature ainsi qu’à la violence, etc.

Un univers qui a, à juste titre, inspiré nombre de films et de mangas pour le meilleur comme pour le pire. Le programme du ciné-club se limitera à 3 d’entre eux :

- Les 7 samouraïs (1954) réalisé par Akira Kurosawa, sans aucun doute un des films japonais le plus célèbre du monde.
- Le dernier samouraï (2003) mis en scène avec finesse et justesse par Edward Zwick (qui avait déjà marqué les esprits en 1989 avec son second film Glory qui proposait alors une approche inédite de la guerre de Sécession)
- Zatoichï (2003) joué et réalisé par Takeshi Kitano qui aura livré à travers cette adaptation un film tout à la gloire du fameux personnage éponyme mais qui restera cependant à l’image de son réalisateur : insolite, décalée et drôle.